Romain un enseignant contemporain

Romain, un enseignant contemporain

Romain Cordier, formateur en Lettres et Histoire au CFA de Besançon (Centre de formation des Apprentis de l’Industrie), prépare sa rentrée. Comme les années précédentes, l’objectif de ce jeune trentenaire est rendre ses cours ludiques et captivants par la modernité des outils existants.

A l’heure ou vous lirez cet article, Romain Cordier aura peut être déjà effectué sa rentrée. Oui parce que c’est le lundi 21 août le jour de reprise pour les BTS du CFAI de Franche-comté à Besançon. Et c’est logiquement le jour de reprise également pour leurs enseignants. Romain, sa spécialité, c’est le français et l’histoire. Et pour capter l’attention des élèves qu’il ne connaît pas encore, il s’est bien préparé. L’année précédente il dispensait aussi des cours de culture générale à l’ECM (Ecole de Commerce et Management) mais cette année, ce temps plein qu’il lui a été proposé, il veut bien le débuter. « J’ai déjà terminé ma planification annuelle du programme. Je me prévois des marges pour pouvoir m’adapter au niveau des élèves si besoin ». Romain sait qu’une rentrée bien préparée lui permet de l’envisager plus sereinement. « J’ai une séquence détaillée pour chaque classe. Une séquence représente 3 à 4 semaines. Et je rédige en complément une trame pour tous les cours ». Rien d’étonnant diront les enseignants les plus expérimentés. Mais Romain cultive son originalité.

Enseignement 3.0

Son look tout d’abord. Simple mais moderne. L’ensemble connote la capacité de Romain à s’adapter à son époque et au changement que le temps impose. Cette même philosophie, il l’applique autant dans sa vie personnelle que professionnelle. « L’enseignement classique n’est pas incompatible avec notre époque ». Toute la préparation en amont réside dans l’exigence de rendre les cours dispensés actuels et intimement liés au vécu des élèves. « Cette fin d’année, j’ai organisé un jeu de piste au centre ville de Besançon. Au lieu de demander aux élèves de cocher une case lorsqu’ils découvrent la maison de naissance de Victor Hugo, je leur ai demandé de m’envoyer un snap de l’endroit trouvé via l’application ». Les élèves sont plus attentifs lorsqu’un pas est fait en leur direction. Romain, c’est par une enjambée numérique qu’il crée un lien de respect avec son auditoire. Pour cultiver l’attention et la concentration de ses classes, il s’investit et entretient un lien permanent avec chacune d’entre elles grâce aux réseaux sociaux « J’encourage mes élèves à me suivre sur twitter ou à créer un compte s’il n’en ont pas encore. J’y expose les cours d’une autre manière. Par des schémas par exemple, des quiz, ou des vidéos explicatives ». Cela permet de compléter les enseignements traditionnels en établissement et aux plus timides de participer autrement.

Une pédagogie adaptée

Les réseaux sociaux, les applications et internet ne sont qu’un moyen, un outil pour venir appuyer le travail du professeur. Parfois, nul besoin de modernité pour captiver. « J’organise régulièrement des concours « lexique » avec des phases éliminatoires et une finale. Je m’inspire des jeux télévisés et les jeunes sont généralement réceptifs ». Actualiser l’enseignement sans le dénaturer, telle est la maxime de Romain. Lorsqu’il a fallu aborder le genre fantastique en littérature, c’est un épisode de Game of Thrones, la séries à succès américaine qui a été utilisé. « Cela permettait de comparer la série et les romans du même nom d’ou est issue l’adaptation ». C’est avec un souci permanent de modernité que Romain vit son métier. Nul doute que les apprentis du CFAI auront le loisir de goûter aux méthodes de ce formateur passionné.